Follow by Email

dimanche 9 avril 2017

la fontaine Wallace de Dunkerque, parent pauvre de la "sauvergarde du patrimoine"

L'on passe devant elle sans même plus l'apercevoir tant elle s'est intégrée au paysage ainsi que le voulait son concepteur. A l'heure où l'actuelle édile annonce sa volonté de mettre en valeur le patrimoine statuaire Dunkerquois, après la rénovation de la statue de Jean Bart (assez controversée à l'époque il faut en convenir), puis celle du monument aux morts de la Place de la République érigé en 1906 en souvenir de la guerre franco-prussienne, et enfin après l'annonce de la prochaine réfection de la Colonne de la Victoire, souvenir du siège de 1793, l'on peut s'étonner de l'assourdissant silence au sujet de cet élégant monument du XIXe siècle finissant... Ici, l'on espère - sans trop y croire - que l'appel sera entendu...


 

C'est que la fontaine Wallace disparait peu à peu des paysages urbains alors que son histoire, en soi, est typique de la philanthropie et des volontés urbanistiques renouvelées du XIXe siècle où l'on pensait à la ville aussi en termes de santé... 

L'Histoire de la fontaine Wallace se confond avec celle de la fin du Second Empire (dont le Palais de Justice en est le digne représentant) et la IIIe République naissante... C'est que Wallace, philanthrope grâce à l'argent hérité de son père offre à la Ville de Paris un projet abouti de fontaines publiques. Il y a quatre modèles mais le plus connu est le "grand" modèle, si emblématique qu'il en est le plus connu du grand public...

Quelle philosophie guidait donc Wallace? Celui d'avoir fait le constat au terme du siège de Paris par les Prussiens que l'eau - indispensable -  était désormais hors de portée des Parisiens en général et des plus pauvres en particulier... Nombre d'aqueducs ayant été détruits, peu de point d'accès à l'eau, qui n'est pas nécessairement la plus prisée, les "marchands de vins" et de "petite bière" ont beau jeu pour placer leurs produits. Au delà de l'aspect esthétique des fontaines, il y a un programme "social", celui de la tempérance. Il faut éviter la tentation de l'alcoolisme. 



A Dunkerque, comme ailleurs la fontaine Wallace est le "grand" modèle, en fonte, haute de 2 m 71 pour 610 kilos. Inspirée par la fontaine des Innocents, quatre cariatides qui se tournent le dos portent un dome portant pointe et ornée de dauphins. Elle se différent les unes des autres par leurs yeux, fermés ou ouverts, la position du genou, du pied ou par la façon dont se noue leur corsage au niveau de la poitrine. Différentes, elles sont donc personnalisées et représentatives d'un discours imagé... Appelées Bonté, Simplicité, Charité et Sobriété, elles symbolisent aussi les saisons. 
La Bonté est l'hiver, Simplicité, le printemps, charité l'été et Sobriété représente l'automne... et pour les reconnaitre plus aisément, Bonté et Charité ont les yeux ouverts alors leurs deux soeurs les ont clos.

En fonctionnement, l'eau tombait du dôme en filet et était récupérée dans une vasque tandis que deux gobelets en fer étamé, qui reposaient dans l'eau par mesure d'hygiène et reliés par des chainettes à la fontaine permettaient de se servir... Paris supprima les gobelets par mesure d'hygiène, les autres villes finirent par en faire autant.

L'auteur de ces lignes en a croisé régulièrement dans ses pérégrinations croisé ces fontaines et chose étonnante, partout où il a pu en voir, elles sont entretenues, hors service pour leur immense majorité mais toujours aussi belles que lors de leur érection. Ne jetons pas la pierre à l'actuelle municipalité pour l'état déplorable dans lequel elle se trouve, il a fallu bien des années pour y arriver...

Du coup, et sans vouloir faire de vaines polémiques, l'absence de mention de la fontaine Wallace de Dunkerque dans les programmes de rénovation statuaire pose quelques questions. Pourquoi cet oubli? Il semble que Wallace ait réussi son projet d'intégration au paysage au point de passer inaperçue... Le programme social et hygiéniste du XIXe siècle est-il honteux ? Pas de point d'accès à l'eau potable gratuite pour les plus pauvres en 2017 alors qu'elle est sur un point de passage, ne serait il pas de bon aloi de la restaurer ET de la remettre au service... Prenons le contrepoint, les Bains Dunkerquois permettaient l'accès aux bains, douches, baignoires et lavoirs à ses utilisateurs or ce besoin est encore hurlant pour une part non négligeable de Dunkerquois... La fontaine Wallace pourrait être un beau rappel de cette époque où l on considérait les plus pauvres et les plus démunis... Des quatre cariatides, seule une n'est pas terriblement corrodée, au point d'avoir l impression que le monument célèbre la Lépre...







Quoiqu'il en soit, c'est un monument devenu tellement banal qu'il finira par disparaitre dans une totale indifférence alors qu'il est emblématique d'une époque, visible de tous car à la portée de tout à chacun et surtout qui a passé les vicissitudes des guerres et des restructurations urbaines. Surtout elle est un rare élément statuaire dans une ville qui est assez pauvre en oeuvres monumentales, fussent elles de petite taille.... Certes, il est des combats plus urgents à livrer mais bientôt elle ne ressemblera plus à rien (elle a d'ailleurs déjà perdu de sa superbe, il faut en convenir) et finira donc par être démontée sans que plus personne ne s'en aperçoive...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire