Follow by Email

mercredi 6 avril 2016

le tragique été 1940 du Fort des Dunes



Bien que la côte dunkerquoise soit loin de l’Allemagne, le souvenir de la Grande Guerre incite à la prudence. La guerre déclarée, il devient urgent de fortifier la région : le Secteur Fortifié Flandres fait l’objet de travaux de bétonnage dès le début de février 1940, qui durent jusqu’à l’invasion allemande. Génie et entreprises privées établissent une ligne de défense reliant Hondschoote, Oost-Cappel, Houtkerke, Steenvoorde et Godewaersvelde. Le 10 mai, les troupes prennent position entre Bailleul, Steenvoorde et Hondschoote mais les officiers font remarquer le manque cruel de munitions tant pour les canons antichars que pour la DCA contre les appareils de la Luftwaffe. L’orage approche : le 26 mai 1940, les combats se déchaînent autour de Watten, l’ennemi progresse vers Lederzeele et Noordpenne. Le lendemain matin, les Allemands se concentrent sur un front allant de Cassel à Watten, obligeant les Français à se replier de nuit derrière la Haute-Colme…



Le Général Janssen tombe au champ d’honneur
Le 28 mai, la 12e Division d’Infanterie Mécanisée revient de Lille mais elle a abandonné son matériel dans sa course au travers des Moëres et entre dans le camp retranché de Dunkerque. Face à la mer, hommes et officiers sont persuadés d’embarquer très vite : le 8e régiment de Zouaves installe son PC à Bray-Dunes, le 151e régiment d’Infanterie cantonne à Ghyvelde et l’Artillerie se positionne à Uxem.
Deux jours plus tard, la Division est détachée du 3e Corps d’Armée et est placée sous les ordres du Général Falgade, commandant le XVIe Corps d’Armée. Les ordres qu’il reçoit sont précis : résister le plus longtemps possible pour prolonger l’opération Dynamo ! Le lendemain, le 31 mai, alors que le Général Falgade inspecte la 12e DIM, le Général Janssen insiste sur le manque de matériel et la fatigue des troupes exténuées par les combats et les retraites en urgence. Il obtient aussi de transférer son PC de Bray-Dunes à Leffrinckoucke, au Fort des Dunes, délaissé par un Etat-major.
 

Dans la nuit du 31 mai au 1er juin, le 8e Zouaves s’installe dans les dunes et sur la plage que le génie a tenté de « fortifier » du mieux qu’il a pu. Au nord, le bloc La Rochelle, blockhaus édifié pendant la Grande Guerre démarre la ligne de fortifications. Le 1er juin au matin, le bloc Vesoul, au bord du canal de Furnes, face au chemin qui mène à la ferme Deswarte est violemment pris à partie par les mitrailleuses et les canons antichars allemands. Devant la puissance de feu utilisée, il est abandonné à 11 heures… L’avance allemande est inexorable. Le lendemain, les avions allemands déchainent les feux du ciel. La DCA anglaise partie, ils ont le champ libre pour agir. Dans l’après-midi, la Wehrmacht amène une pièce d’artillerie pour canonner le bloc La Rochelle mais la riposte vigoureuse les oblige à se replier ! Au même moment, le Général Janssen, de retour au fort des Dunes après une inspection du secteur informe les chefs de corps qu’il a reçu l’ordre d’embarquer la Division dans la nuit du 3 au 4 juin… Le sort en décide autrement : vers 18 h 45, un bombardier allemand lâche une bombe qui tombe directement dans la cour Est du fort où le Général tient réunion. La plupart des officiers sont grièvement blessés. Quant au Général Janssen, les hommes qui lui portent secours le découvrent décapité. Les victimes sont enterrées au plus vie dans le fossé, à l’angle sud-ouest du fort, et sont bénies par le prêtre-soldat Roche présent au fort.

Mission accomplie
Le 3 juin, vers 17 heures, les Allemands reviennent. Ayant la maitrise du ciel, rien ne les retient. Une escadrille bombarde le fort en plusieurs endroits, tuant près de 150 soldats qui pensaient trouver un abri sous ses voûtes. Le fort ne peut soutenir une nouvelle attaque, le Général Blanchon, remplaçant feu le Général Janssen transfère le poste de commandement à l’école de Leffrinckoucke. En fin de journée, la 12e Division cherche à se rapprocher de Dunkerque. La ville est en flammes, la plage encombrée de matériel et de corps, des épaves brisent les vagues qui viennent mourir sur l’estran. Il est temps d’évacuer : une compagnie de fusiliers-voltigeurs et une section de mitrailleurs du 8e Zouaves s’installent sur les hauteurs du Fort des Dunes pour couvrir le convoi des derniers candidats au rembarquement… Malheureusement, le 4 juin, plus aucun bateau n’accoste, plus aucun navire ne vient face à la plage… L’opération Dynamo est terminée… Fin de l’aventure pour les hommes du Secteur Fortifié des Flandres, capturés, ils prennent le chemin de la captivité pour l’Allemagne. Le sacrifice des hommes, le Général Janssen en tête, n’est pas vain, il a permis a de nombreux soldats français de passer la Manche pour revenir par la Bretagne pour une contre-offensive illusoire… mais çà, c’est une autre histoire.

2 commentaires:

  1. un peu dangereux de tenir une réunion dans la cour du Fort alors que la DCA anglaise est partie, non ?

    RépondreSupprimer
  2. Arrière-petit-fils du Général Janssen, je tiens à corriger l'erreur du rédacteur de ce blog. Voici le texte d'un de mes oncles à propos des dernières heures de Gaston Jasssen au Fort des Dunes: " Thierry, Nous avons dans notre dossier "archives familiales" des descriptions beaucoup plus documentées et précises des circonstances. La phrase qui décrit "une réunion dans la cour du Fort des Dunes" est erronée. La bombe de Stuka est bien tombée dans cette cour mais ce sont ses éclats qui pénétrant par les ouvertures de la casemate où le général s'entretenait avec des responsables sous ses ordres ont tué ou blessé gravement tous les présents." Thierry d'Hauthuille

    RépondreSupprimer