Follow by Email

jeudi 26 février 2015

les alarmes du 11 août 1695 à Dunkerque


in "Mélanges historiques sur Dunkerque" par Raymond de Bertrand, imprimerie de B. Kien, Dunkerque, 1858

Le 11 Août 1695, tout Dunkerque était en alarme.

A sept heures du matin, une flottille anglo-hollandaise, forte de 60 voiles, commandée par l'amiral lord Barkley, était venue s'embosser en vue du port; 52 autres navires, formant la réserve, étaient à l'ancre dans la fosse de Mardick.
Depuis huit heures une grêle de bombes, de boulets et de mitraille tombaient sur les forts, les jetées et dans le port. On s'attendait à un débarquement.
 L'amiral anglais n'avait la pensée, cependant, que de ruiner les forts, les châteaux et les jetées.
 A neuf heures le canon de l'ennemi gronda avec une recrudescence terrible et soutint son feu pendant plusieurs heures avec une persistance sans égale.
 L'entrée du port était défendue à gauche et à droite par le fort de Revers, le Risban, le château de Bonne-Espérance, le château Gaillard et le château Vert. A l'extrémité des jetées, un ponton armé de canons, barrait le passage et 22 chaloupes canonnières gardaient la côte.

Si le feu de l'ennemi était foudroyant, celui des batteries françaises ne l'était pas moins.
Le célèbre Jean Bart, et M. de Saint-Clair, capitaine de vaisseau, commandaient le château de Bonne-Espérance et le château Vert. M. de la Ferrière donnait ses ordres à bord du ponton.
A trois heures, le feu de l'ennemi se ralentit un peu. Alors on lança quatre brûlots sur les forts et les châteaux. A l'instant, les chaloupes françaises, commandées par M. de Relingue, chef d'escadre, le chevalier Margon, M. de Saint-Pol, le chevalier de Luynes, le marquis de Chateaurenaut, M. de la Bruyère, et d'autres intrépides officiers, levèrent l'ancre, s'avancèrent vers les brûlots, et parvinrent à les détourner de leur route et à s'en emparer. L'ardeur des Français était admirable et elle imposa aux Anglais et aux Hollandais.

Vers six heures et demie, le combat était fini ; la flotte avait lancé plus de 1200 bombes, indépendamment des carcasses et des boulets; puis elle s'était retirée presque tout entière au large, abandonnant une partie dont lord Barkley comptait si orgueilleusement sortir vainqueur.
Le lendemain matin il n'y avait plus à proximité du port que quelques chaloupes et quatre frégates, dont l'une de 28 canons, qui, après avoir talonné plusieurs fois sur le Brackbanc, y était restée échouée. On s'en aperçut au point du jour. M. de Relingue donna ses ordres, et toutes les canonnières prirent la direction de la frégate ; elles l'abordèrent résolument malgré son feu et celui des trois autres grands navires et des petites embarcations ennemies. Les équipages français sautèrent successivement sur la frégate, et se rendirent maîtres, après une courte résistance, des soixante hommes qui y étaient restés ; exemple de plus que, dans les combats à l'arme blanche, les Français ont toujours eu l'avantage sur les Anglais.

L'entreprise des Anglo-Hollandais, et la victoire restée aux Français eurent un si prodigieux retentissement, que le gouvernement fit frapper une médaille dont l'historien Faulconnier a reproduit le dessin dans son livr

Plusieurs Dunkerquois voulurent conserver le souvenir de ce mémorable évènement parmi eux, on peut citer.M. Charles Balthazaer, marchand brasseur, et la damoiselle Marie-Catherine de la Brière, sa femme, qui habitaient rue Notre-Dame (1), leur maison-brasserie connue sous !e nom de Jeu de Paume. A cet effet, ces notables personnes firent fabriquer des carreaux de faïence bleue dont l'ensemble devait représenter le dernier bombardement de Dunkerque, et bientôt l'ouvrier vint en couvrir le mur occidental d'une cuisine au rez-de-chaussée d'une maisonnette de derrière. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire