Follow by Email

jeudi 26 février 2015

L'épopée des Fusiliers-marins : XI - de l'autre côté de l'Yser

XI. — DE L'AUTRE COTÉ DE L'YSER
Le même soir arrivaient des renforts, malheureusement trop tard. Il ne restait plus qu'à s'organiser derrière la banquette de la rivière dont nous fîmes un obstacle infranchissable. Pendant six jours et six nuits, les Allemands essayèrent de passer à n'importe quel prix, sans autre résultat d'ailleurs que d'aggraver considérablement leurs pertes. Tels les sauvages, cruels et voleurs, que ceux de la vieille Marine, comme moi, ont encore connus en Malaisie. Avec la même rage impuissante ils s'acharnaient à l'escalade du navire en relâche dans leurs îles, animés par l'espoir de massacrer l'équipage et de faire main basse sur ses richesses. 
 
Et ce navire, la berge de l'Yser le rappelait un peu, couronnée qu'elle était de matelas pare-balles qui évoquaient le souvenir des bastingages à hamacs d'autrefois, et garnie de défenseurs en bérets à pompons rouges. Mais la brigade navale était épuisée. Il devenait absolument nécessaire de l'envoyer se reformer quelque part, et, le 16 novembre, une division territoriale se présenta pour relever l'amiral Ronarc'h et ses « Jean Le Gouin » de leur « quart » de vingt-six jours sur l'Yser. 
 
Au repos, ils n'y demeurèrent pas longtemps. A peine complétés, on les revit en Belgique, pas loin de la mer. Le hasard les a même fait rencontrer avec les fusiliers de la Marine allemande, qu'ils ont eu la satisfaction de battre copieusement. Mais je n'ai pas encore réuni les documents nécessaires pour raconter leurs derniers combats. Un autre jour, donc, j'achèverai de nouer en gerbe les lauriers de nos admirables Mathurins. Ne pouvant plus, hélas ! marcher avec eux, c'est encore un peu les suivre que d'enregistrer pieusement les hauts faits de mes anciens camarades

 in : Commandant Émile Vedel -  "Nos marins à la guerre (sur mer et sur terre)... " , Payot, Paris,1916

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire