Follow by Email

samedi 20 juillet 2013

des nouvelles du front flamand... bientôt dans vos librairies

Eric Vanneufville, né à Lille en 1950, est médiéviste de formation, docteur en histoire et ès lettres, spécialiste des pays riverains de la Mer du Nord et de leurs relations internationales.



Latiniste, helléniste et germaniste, il a ainsi pu étudier à la source les documents s’y rapportant. Littéraire attaché tant à la science historique  qu’à la présentation claire des faits au grand public, il a produit de nombreux ouvrages et articles, spécialisés ou de vulgarisation. 


L’on peut citer notamment : « Charlemagne, Rome chez les Francs », « Heliand, l’évangile de la Mer du Nord », « Histoire de Lille », « Histoire de Flandre », « Pages flamandes de Moulins-Lille et Wazemmes », « Contes et fables des Flandres », « Légendes de Flandre au fil de l’Histoire ».

Son dernier ouvrage, « Le front flamand, 1214-1328 », disponible quelques mois avant le 800e anniversaire de la bataille de Bouvines, plonge le lecteur dans cette page d’histoire médiévale dont la trame est constituée par les relations épiques de la Flandre et de la France depuis la grande bataille de Bouvines (1214) jusqu’à celle de Cassel (1328) en passant par les chocs de Courtrai (1302) et de Mons-en-Pévèle (1304).

Cette période féodale voit le Comte de Flandre, soutenu par ses alliés anglo-germaniques, mordre la poussière à Bouvines devant son suzerain, le Roi de France, Philippe Auguste. Dès lors la Flandre est placée sous un véritable protectorat capétien durant tout le XIIIe siècle. Alors, aiguillonnés par la crise sociale et la pression économique de l’Angleterre, les métiers des opulentes cités de Flandre prendront la relève et, en 1302, infligeront un cuisant échec à l’aristocratique cavalerie française à Courtrai.
  
Mais, minée par les dissensions sociales, l’habileté des légistes royaux de France et la fluctuante alliance anglaise, la Flandre s’inclinera à nouveau à Cassel en 1328, dans une effroyable bataille aux conséquences sociales dévastatrices : ce drame influera sur le comportement des Flamands lors du conflit franco-anglais dit « guerre de cent ans ».




Eric Vanneufville

ericvanneufville@aol.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire