Follow by Email

vendredi 17 août 2018

sous la haute voûte de la "cathédrale"

A la "cathédrale" des ACF, l'atelier AP2, qui jouxte le FRAC, dans le quartier du Grand large, se tient une exposition gratuite, il suffit juste de se signaler à l'accueil du FRAC pour y retirer le ticket d'entrée. Une fois la porte passée, c'est une petite immersion dans le tournage du film de Nolan qui y est proposée. L'on pensera ce que l on veut du film aux trois Oscars (techniques) tourné à Dunkerque (je réserve mon jugement d'historien et de cinéphile, peut-être y reviendrais je dans un post ultérieur) mais l'exposition permet de tourcher du doigt un aspect technique qui fait que la magie du cinéma peut opérer. 
 
En effet, contrairement à bien des films, Nolan n'a pas eu recours aux CGI, ces techniques faisant un large appel aux trucages numériques et autres incrustations (à mon sens, cela aurait certainement pu renforcer l'aspect dramatique et appuyer un peu plus vers la vérité historique, mais ceci est un autre débat...)...
 



L'on y trouve la maquette utilisée pour le naufrage du navire-hopital (initialement le Rogaland de Stavanger), et les maquettes de civières, gilets de sauvetages et autres caisses présentées à côté d'elle... La cheminée d'un navire coulé qui apparaissait seule à l'écran... les faux pylones qui étaient sur la digue et où l'on découvre qu'ils sont fait de polystirène, quelques éléments de la façade appliquée sur le Kursaal pour le transformer en cimenterie, des toles de plastiques devenues métalliques et rouillées, mais surtout les camions constituant les jetées provisoires où seuls les chassis sont "réels", la carosserie ayant été copiées en fibre de verre et résine... un peu plus loin, des élements de la fausse jetée, construite pour le film, permet d'avoir une autre idée de l'ingéniosité des équipes de décorateurs. Enfin, nombreux sont les panneaux explicatifs et les vidéos. Une visite qui complète agréablement (mais rapidement au final) celle du musée du Bastion 32, agrandi en investissant de nouvelles casemates.






 petite remarque en passant... Les pneus des camions sont "à plat"... crevés ou dégonflés, cela revient au même, tout simplement parce qu'à l instar de ce qui s'est passé en 1940, les camions se sont mis à flotter avec la montée de la marée... à plus forte raison que ceux du tournage, en résine, étaient encore plus legers que ceux du B.E.F.... aux mêmes causes, les mêmes effets...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire