Follow by Email

lundi 2 juillet 2018

Jean Bart, l’issue d’une longue lignée


In H. Malo « Une grande légende de la mer, Jean Bart », La renaissance du Livre, Paris, 1929, 230 pages, pp 9 – 12

« Il s’appelle Jean Bart. Il est né à Dunkerque le 21 octobre 1650, d’une longue lignée de marins. Depuis deux siècles, les Bart pullulent dans la marine de ces quartiers. Ils s’illustrèrent dans la guerre de course et s’allièrent aux familles portant les noms des plus fameux corsaires de Dunkerque.
De son bisaïeul, Michel Jacobsen, le roi d’Espagne fit un vice-amiral après lui avoir chargé le cou de deux lourdes chaines d’or. Les Hollandais le baptisèrent le Renard de la Mer pour tous les tours qu’il leur joua. Il reçut en Espagne de somptueuses funérailles.
 
Un grand oncle, Jean Jacobsen : il commandait le Saint-Vincent ; le 2 octobre 1622, à onze heures du soir, il sort d’Ostende en compagnie de deux capitaines espagnols. Les amiraux Herman Kleuter et Moy-Lambert bloquent la côte. Ils détachent neuf bâtiments qui tombent sur le Saint-Vincent. Au lieu de le soutenir, les Espagnols s’enfuient. Jean Jacobsen coule le vaisseau-amiral de Kleuter, qui se sauve à la nage, Moy-Lambert accourt à la rescousse. Après treize heures de lutte, le Saint-Vincent, foudroyé par l’artillerie adverse, fait eau de toutes parts ; quarante combattants survivent, cent quarante ont péri. Les Hollandais montent à l’abordage et promettent bon quartier à qui se rendra. Trente-deux acceptent ; ils n’en seront pas moins pendus. Jean Jacobsen et les huit braves qui restent groupés à ses côtés chargent l’épée à la main les soixante Hollandais qui ont pris pied sur son navire. Bientôt, les Dunkerquois ne sont plus que quatre, puis que trois. Leur capitaine hurle crie aux siens réfugiés sur les navires ennemis :
 
    - Amis, si quelqu’un d’entre vous échappe et qu’il retourne un jour à Dunkerque, qu’il dise à nos compatriotes comment nous nous sommes défendus et que nous avons généreusement répandu notre sang pour la cause de Dieu et du roi.
     
Il donne l’ordre de mettre le feu aux poudres et vole en l’air avec son navire.
 
Un mousse, qui ne l’a pas quitté, saute aussi et miraculeusement, échappe à la mort. C’est Gaspard Bart, oncle de Jean. De longues années après, il mourra de ses blessures en même temps qu’un autre capitaine de Dunkerque, après avoir attaqué un vaisseau de vingt-huit canons.
Devant Monte-Christo, en Méditerranée, un autre capitaine Bart, toujours de la même famille, est tué le 27 août 1652 en jetant ses grappins sur le vaisseau de l’amiral anglais Badiley.
 
Le 22 novembre 1644, sept frégates dunkerquoises sous le commandement d’Antoine Davery attaquent trois forts vaisseaux de Hollande escortant une flotte de vingt-trois navires marchands. L’une d’elles a pour capitaine Michel Bart, le grand-père de Jean. Le combat est rude, la flotte marchande enlevée et les vaisseaux d’escorte s’enfuient. Mais six jours après Antoine Davery et Michel Bart succombent à leurs blessures. 
 
Et Cornil Bart, père de Jean, périt aussi de mort violente au cours d’un combat de mer.
 
Telle est la magnifique ascendance du jeune marin qui, accoudé au bastingage, faisait avec lucidité la critique des opérations de Ruyter. Il sera le grand homme de mer et le héros dont la gloire éclipsera celle de ses ancêtres. Encore, la splendide lignée ne s’arrêtera pas à lui ; elle donnera des héros à la France jusqu’au milieu du XIXe siècle. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire