Follow by Email

jeudi 29 décembre 2016

Noël de tranchées

1914... Ils pensaient rentrer pour les moissons... La fleur au fusil, tous sûrs de leur bon droit... Les Français pour la revanche, les Allemands pour le Kulturkampf, les Anglais en vertu des Alliances. Aucun n'auraient pensé qu'après de brefs combats meurtriers, une "course à la mer" des plus meurtrières, ils s'enliseraient dans la boue des Flandres, de la Mer du Nord jusqu'à la ligne bleue des Vosges. 

Pour le premier Noël, le Kaiser fit envoyer à ses troupes des sapins pour placer dans les tranchées, même en temps de guerre, Noël reste un moment sacré. Moment de pause, moment de trêve, en quelques secteurs, notamment du front de Flandre, les chants montèrent des tranchées, les tirs se suspendirent, et les têtes se lèvent des parapets jusqu'à échanger des mots, puis des poignées de main, pour finir comme à Fromelles, par se rencontrer, échanger des bouteilles, des cigarettes, disputer un match de foot, sans que les officiers ne puissent y redire, coupés de leurs états-majors... 

Il est vrai que leur reaction au sortir de la Trêve de Noël fut assez virulente, il y eut des sanctions et les régiments concernés furent déplacés... 

Cela reste une histoire remarquable car si Allemands et Anglais n'en firent pas mystère, la censure, cette chère Anastasie, mis l'information sous le boisseau en France, les événements peu connus dans le pays firent l'objet d'une redécouverte récente mise en lumière par le film "Joyeux Noel" de Christian Clarion...









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire