Follow by Email

mercredi 11 mai 2016

un projet qui nous plait : attacher la frégate Jean Bart à Dunkerque

Michel HÉLUWAERT
Docteur en science politique.
Inspecteur (h) de la Jeunesse & des Sports.
m.heluwaert@cegetel.net



 Montpellier,  juin 2014


Dix sept bâtiments de la Royale ont porté le nom du héros des Dunkerquois. Il n’en subsiste qu’un seul. Il sera, d’ici quelques années, désarmé. Dans les errements de la tradition il a toutes les chances d’être ferraillé ou océanisé.  Il attendra alors, simple numéro de coque, au mouroir de Landévennec, le moment où, lentement, la pourriture et la rouille en auront fait un objectif de tir.  Le cas le plus symbolique de cette absence d’intérêt pour nos unités navales est celui  du  Dugay-Trouin  qui,  capturé  par  les  Anglais  à  Gibraltar,  devint  chez  eux l’Implacable. L’Amirauté n’en ayant plus d’emploi proposa, à la France, en 1947, de le lui rendre afin qu’elle en fit, à l’instar du Victory, un navire-musée. Pays maritime dirigé par des ruraux, la France déclina l’offre et le brave vaisseau fut sabordé, avec tous les honneurs militaires dus à son rang, le 2 décembre 1949, au large de l’Île de Wight.

La Duchesse Anne a failli subir un sort identique, mais Dunkerque l’a sauvée. La  frégate  Jean  Bart  doit,  comme  elle,  être  l’objet  de  la  sollicitude  de  sa  ville marraine. Il est indispensable de lui trouver un sort correspondant à l’intérêt que les Dunkerquois portent à leur héros. Il ne peut se résumer à une statue et à un hymne entonné lors des grandes occasions locales. Descendant de Josse Elewart, matelot dans les équipages des navires de Jean Bart,  dont  les  fils  ont  été  déchargeur  (Pierre  Josse)  et  charpentier  de  navires
Matthieu),  je  pourrai,  ce  qui  peut  expliquer  l’intérêt  que  je  porte  aussi  au  Musée Portuaire, n’avoir que cet argument à pousser. Je suis, surtout, soucieux de valoriser et  améliorer  l’image  de  ma  Cité  natale.  C’est  ainsi  que  j’ai  retrouvé  la  Princess Elisabeth en espérant qu’on en fit le mémorial Dynamo.   Comme je sais qu’il faut, face aux décideurs, défendre des options autres que sentimentales,  je  vais  m’efforcer,  au  long  des  pages  qui  suivent,  de  démontrer l’utilité de ce projet et d’en exposer les modalités de réalisation. La transformation de la frégate en monument historique (navire-musée) est une option  positive  sur  le  plan  mémoriel  et  économique.  Support  de  la  mémoire  de  laguerre de courses et des corsaires dunkerquois, elle attirera ces nombreux touristes en quête de souvenirs historiques. En  synergie avec les autres sites muséaux de la Ville, elle confortera le développement de ses structures d’accueil touristique et participera à l’expansion de l’économie locale. 
 
Un  mémorial  Jean  Bart  doit  s’appuyer  sur  l’exemple  du  Musée  Portuaire, c'est-à-dire disposer d’un site à terre et d’un autre à flot.
Le site à terre doit présenter plusieurs axes thématiques.

- La guerre de course.
- L’histoire des corsaires dunkerquois.
- Jean Bart, sa fratrie et sa légende.
- Les maquettes des unités navales ayant porté son nom.

 
Le  site  à  flot  doit  être  facile  d’accès  pour  la  diversité  des  publics  (groupes,individuels et handicapés) souhaitant la visiter et disposer de zones de stationnement.
Si le Musée Portuaire met en valeur les activités civiles, du port, le Mémorial Jean Bart doit rappeler l’importance de son histoire navale. J’ai  évalué  deux  options  de  placement.  Le  placement  en  cale  sèche  m’est apparu a priori intéressant car il évite le carénage décennal, il est exploité pour le Victory, le Cutty Sark et, le Fram présenté au sein d’un immeuble monumental. Il génère cependant des coûts d’aménagement lourds, solution difficile à envisager en période d’indispensables économies.   J’ai  donc  opté,  à  l’instar  de  la  Duchesse  Anne  pour  le  placement  à  flot  qui permet au visiteur, suivant l’angle où il se place, d’admirer l’unité dans ses lignes d’eau. L’idéal eût été que la frégate soit symboliquement placée dans le Bassin de la Marine, mais les contraintes physiques du site en rendent l’accès impossible.  
 
 
Deux solutions d’amarrage me sont apparues envisageables. La  première  consistait  à  amarrer  la  frégate  au  long  de  l’avenue  Maurice Schumann,  à  l’extrémité  Est  du  Freycinet  2.  Elle  permettait  d’apercevoir  les superstructures  du  navire  depuis  le  Parc  de  la  Marine.  Cependant,  l’étroitesse relative du site, pollué par un axe de circulation important, ne facilite pas une réelle mise en valeur proche du navire. On y trouve cependant trop de véhicules stationnés dont  la  présence  interdit,  comme  c’est  le  cas  pour  la  Duchesse  Anne,  une  vision optimale du navire. 
 
La seconde, pour laquelle j’ai finalement opté est un amarrage à l’extrémité Est du Freycinet 1, l’emplacement qu’elle occupe lors de ses visites.  Le site bénéficie d’un espace de quai assez large permettant d’apprécier le navire dans ses lignes. La vue n’en sera pas bloquée par un véhicule en stationnement car il existe, Place de l’Yser un espace suffisant et extensible. Il offre également une autre vue depuis le quai de départ.   Lorsque la frégate est vue depuis le quai de Départ sa masse s’harmonise avec les toits des immeubles Piquet, ceux de l’ancien entrepôt des tabacs, ceux des  petits immeubles à gâbles traditionnels de la place de l’Yser et les huniers de la Duchesse Anne dépassant l’ensemble des toits. Cette conjonction de symboles valorise l’image de Dunkerque.

Il reste à définir son organisation, deux options sont possibles.

- La  première  consiste  à  créer,  entre  la  rue  de  l’Université  et  le  quai  du Freycinet 1 Est, un site (sur un seul niveau soit # 100 m sur 15 à 20 => 1500  à  2000  m 2)   comprenant  les  salles  de  présentation,  la  billetterie  et l’inévitable  boutique  librairie-souvenirs.  Son  avantage  réside  dans  une jonction physique entre le navire et le musée. Les visiteurs pénètrent dans le  musée,  suivent  un  circuit  les  initiant  à  l’histoire  et  aux  missions  de  la Royale, embarquent à bord du navire et…. sortent par la boutique.    Elle impose la construction d’un immeuble… avec les coûts afférents….

- La seconde réside dans le développement, au sein du Musée Portuaire, d’un très vaste espace dédié à Jean Bart à partir de l’extension de ses surfaces d’exposition dans l’actuel bâtiment des Archives qui seront prochainement libérées  par  l’aménagement  de  la  Halle  aux  Sucres,  voire  même  du bâtiment  voisin.  Apparemment  moins  coûteuse  et  pouvant  se  concrétiser assez vite, elle a pour défaut de disjoindre les présentations à flot et à terre de la partie navale.

La gestion de la frégate-musée.
Le  Musée Portuaire, issu d’un projet des acteurs économiques et sociaux du Port, est confié à une association de gestion qui pourrait prendre la responsabilité de la frégate. Il existe, à Dunkerque, une association de la communauté des marins de Flandres-Artois-Picardie, apte à assurer la gestion et l’animation d’un navire-musée et de prendre un tel dossier en main.   Il suffit de lui faire confiance.   La gestion du dossier « frégate ». Diverses négociations sont à engager, dès lors que  la collectivité et la future association gestionnaire auront passé un accord de principe sur la gestion du dossier.

- Il faut obtenir l’accord de la Royale. Il devrait être a priori favorable car une frégate-musée sera, dans la grande région Nord-Est, un lieu de promotion de ses missions.
- Il faut obtenir des Affaires Culturelles que le navire soit classé au titre des Monuments Historiques.
- Il  faut  obtenir  du  Grand  Port  Maritime  la  décision  de  lui  affecter  cette partie du quai sans lui imposer des taxes insupportables.
- Il faut obtenir l’aval des services de sécurité (sanitaire => amiante et accueil du public)

Ces  opérations,  longues  en  raison  des  viscosités  administratives,  imposent d’engager très vite l’ensemble des négociations afin que tout soit prêt au moment où la frégate arrivera à Dunkerque pour être désarmée. Il ne reste que quatre à cinq ans. Les partisans du projet doivent donc, par paroles et par écrits, convaincre et mobiliser l’ensemble des autres acteurs.

Les réponses aux critiques.
Les  opposants  à  ce  genre  de  projet  sont  souvent  pétris  de  principes  à  partir desquels  ils  objecteront  bien  des  choses  négatives.  Tout  est  bon  pour  tenter  de détruire ce à quoi on ne croit pas.

- En premier lieu, on avancera le problème de l‘amiante. On dira que le navire en est bourré et que cette situation est préjudiciable à la santé du visiteur qui  y
passera une heure ou deux. C’est même, parfois, le discours de la Royale… On peut  faire  observer  aux  détracteurs  que  les  actuels  membres  de  l’équipage  y sont  confrontés  bien  plus  longtemps  à  l’année  et  que  l’on  n’a  pas  encore constaté chez eux de problèmes y afférents.
- En second lieu, on évoquera le soi-disant cas d’école du Croiseur Colbert. Il est nettement plus vicieux car il insinue qu’une grande ville comme Bordeaux a  su  se  débarrasser  d’un  tas  de  ferraille.  Une  étude  du  problème  avec  des bordelais,  notamment  un  ancien  ingénieur  du  port  et  un  universitaire  m’a apporté trois réponses :
- Technique : Le premier problème résidait dans l’amarrage du Colbert aux Chartrons  avec  la  gestion  des  variations  de  hauteurs  d’eau  à  un  quai soumis à la marée. Le second s’est posé lorsqu’il a fallu, comme pour la Duchesse  Anne,  envisager  un  grand  carénage.  Alors  qu’il  a  suffi,  à Dunkerque,  de  déplacer  le  navire  sur  une  faible  distance.  Alors  qu’il suffit, pour le Maillé-Brézé, d’un simple remorquage à Saint Nazaire, le carénage du Colbert imposait de le conduire soit à Saint Nazaire, soit à Brest. Le coût étant insupportable, il semble qu’on ait, dans la tradition de la Royale, choisi l’aller simple pour Landévennec.
- Politique : Le problème est différent. Le Colbert a conduit le Général de Gaulle  à  Québec  lors  des  évènements  que  l’on  sait.  Pour  Jacques Chaban-Delmas  il  était,  un  symbole  de  la  politique  du  Général,  un mémorial de son action. Le souvenir du Québec libre s’estompe….
- Économique : La vision d’Alain Juppé est tout autre qui a souhaité libérer les quais des Chartrons pour accueillir des paquebots. Si le Colbert était, dans les années 1990, le musée le plus visité de Gironde (90 000 visistes annuelles), les retombées des escales de croisiéristes sont sans commune mesure avec ce qu’il rapportait à la Ville.
- En troisième lieu on évoquera les coûts et la rentabilité. La question vaut d’être posée  surtout  dans  une  période  de  nécessaires  économies.  Un  dossier  de  ce type  induit  des  dépenses  d’investissement  et  de  fonctionnement.  On  estime souvent, dans le cas d’un investissement (sportif, culturel, scolaire,…) relevant d’une  collectivité  territoriale  que  l’investissement  ne  peut,  à  l’instar  d’un investissement privé, être repris en amortissement. On se penche alors sur le ratio  frais  de  fonctionnement/recettes,  rarement  positif  sauf  à  considérer  les revenus sociaux immatériels des pratiques. Il me semble donc préférable de commencer par l’évaluation des recettes afin de voir  comment elles peuvent atténuer, voire annuler les dépenses. Quelle qu’elle soit,  la  contribution  du visiteur  ou  de  l’usager  participe  peu  à  l’amortissement  des frais de fonctionnement. Il existe une constante économique et sociale. L’achat d’un billet  d’entrée  dans  un  site  public,  culturel  ou  sportif,  n’est,  généralement,  qu’une simple participation aux frais.  L’important  d’un  dossier  de  ce  type  reste,  pour  qui  se  sent  concerné  par  les problèmes économiques, que l’importance de la durée et du nombre de visites d’un site conduit le visiteur à consommer au moins un repas et, si possible, mais en raison de  la  qualité  des  offres  locales,  une  nuit  car  cela  signifie,  outre  l’hébergement,  un repas supplémentaire.
La visite gratuite du Belfast est offerte dans le London Pass. La visite gratuite du Maillé-Brézé est offerte dans le pass de Nantes. Lors  de  l’escale  de  2014,  la  frégate  a  accueilli  (informations  données  par  la Marine) 1800 visiteurs le simple après-midi du samedi 1 er  juin et 3 000 le dimanche. Or,  un  simple  flux  quotidien  de  150/180  visiteurs  extérieurs  signifierait  une fréquentation annuelle moyenne de 45/54000 visites, soit 0,06% des 90 000 000 de personnes résidant au sein de l’espace-temps des deux heures de TGV ou d’autoroute pour atteindre Dunkerque.

C’est pourquoi je suggère cette petite anaphore d’évaluation.

- 50 000 visites à € 6.- rapportent € 300 000.-
- 50 000 repas à € 20.- rapportent € 1 000 000.-
- 50 000 nuitées à € 100.- (nuit + repas/personne) rapportent € 5 000 000.-

 
Ce sont des paramètres à prendre en compte lors de la décision. La réponse se niche dans le professionnalisme de l’Office du Tourisme. Je ne puis, simple concepteur, que reprendre la vieille formule de la Royale.

Á vous le soin !
 
Annexe (Crédit photo Jean-Luc DELAETER)

 La frégate, telle qu'elle serait vue du quai du départ
 La frégate, telle qu'elle serait vue depuis le Freycinet 3
Qui a dit que la Royale n'intéressait personne ? 
4.800 visiteurs sur un jour et demi !!!!
 La photo ci-dessus montre la capacité du quai à accueillir un espace muséal dédié.

source de l'article : http://www.sous-mama.org
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire