Follow by Email

lundi 18 mai 2015

Cassel et les touristes en 1876



Je n'ai pas oublié votre surprise au moment de mou départ pour les Flandres. « Quelle étrange idée vous a pris, disiez-vous, d'aller à Dunkerque, cl quel peut être ce Cassel dont vous vantez les grands horizons, les moeurs pures et les beaux paysages? — Pauvres Français ignorants que nous sommes et Parisiens routiniers que vous êtes, tout ce qui n'est point Trouville, Ludion ou Monaco vous semble, par moment, au bout du monde et presque indigne de votre intérêt. — Plus d'un gentleman, accompli, je le gage, plein de lecture, connaissant ses auteurs, et l'ancien Llade et le lac de Côme, confond ingénument notre Cassel de France avec l'ancienne capitale allemande de l'ex-Électeur de Hesse. — Aussi ne semble-t-il pas inutile de rappeler que Cassel est une petite ville, chef-Iieu de canton situé dans l'arrondissement d'Hazebrouck (déparlement du Nord), C'est, de plus, une station de la ligne de Paris à Dunkerque, doit en moins d'une heure (...) de Cassel peut aller visiter son voisin de la patrie de Jean-Bart. — Cassel. jusqu'à présent du moins, n'a point donné le jour à un très-grand homme; mais, en revanche, l'endroit est célèbre dans l'histoire par trois batailles qui se sont livrées sous ses murs.— La dernière date de 1677, el fin une victoire remportée, sous le Hoi-Soieil, par le duc d'Orléans sur les Hollandais. Ne vous souvenez-vous pas de ce grand tableau de Van der Meulen à Versailles, représentant les ennemis dans la plaine, de riches seigneurs à cheval au premier plan, et dans le lointain la montagne de Cassel avec ses moulins?

Toutefois le mont Cassel, malgré le dire de ses habitants, n'est point un nid d'aigle. II est vrai que nous sommes en Flandre, et qu'ici, la colline qui sert d'assise à la petite cité flamande peut fort bien être classée au rang de montagne. — Tout est relatif en ce monde. Or. depuis Paris, nous n'avons point perdu de vue les plaines, plaines de Picardie, plaines d'Artois, plaines de Flandre, riches sans doute et fertiles, mais singulièrement monotones. Après ces horizons interminables, les yeux oui besoin de se reposer, de s'abaisser sur un premier plan. Une soif ardente de verdure, de collines boisées, de cours d'eau el de monticules s'empare du voyageur: voilà pourquoi nous saluons avec tant d'enthousiasme les hauteurs de Cassel, ses moulins à vent historiques et ses clochers qui dominent orgueilleusement la plaine. De la terrasse du château (-157 mètres seulement au-dessus du niveau de la mer)., on aperçoit trois royaumes, trente-deux places fortes et cent villes ou villages, sans compter les phares, la tour de Dunkerque et la mer du Nord dans son immensité. Par les temps clairs, on découvre la rade de Douvres et les clochers de Bruges. — « Ceci est possible, répondait à un lier Casselois un quidam originaire des Pyrénées, mais vous serez toujours du pays de Lilliput. Tenez! voire montagne et voire ville, à nous autres du Midi, fait reflet d'un morceau de sucre au milieu d'un plat!» — Nous aimons trop Cassel pour penser un seul instant que l'habitant des Pyrénées ait pu s'approcher de la vérité. N'est-ce pas trop déjà de reproduire celle calomnie?

Toujours est-il. qu'au milieu de ces plaines immenses, qui deviennent, à mesure qu'on approche de la mer du Nord el de la Belgique, plus tristes et plus monotones, Cassel et ses environs forment une véritable oasis, un coin de paradis. — Ce n'est pas seulement le panorama splendide que l'on découvre du plateau de Cassel. son air vivifiant et embaumé, ses souvenirs historiques el ses antiquités qui oui l'ail la réputation de la petite ville flamande, ce sont ses alentours, nids de verdure où il serait si bon de tout oublier: ces frais pâturages bordés de grands arbres, ces fermes riantes et ces jolis villages aux habitations de brique qui se détachent si heureusement sur le fond sombre de la verdure. — II y a surtout, en quittant à droite la station de Cassel, au pied du village d'Oxelaere. certaine construction Louis XIII, nouvellement élevée, qui nous a paru un modèle d'élégance et de goût. Nous nous tromperions fort si dans ce beau parc où nous apercevons sur les pelouses s'agiter, au milieu de graves cigognes, un essaim de joyeux enfants, si dans cette habitation confortable où l'on distingue, penchées au balcon, des blanches silhouettes de jeunes femmes, le bonheur calme et vrai n'était venu se réfugier.

De la station, il faut une demi-heure à pied pour gravir les rampes qui conduisent à la ville. La belle roule que suivent les voitures décrit plusieurs lacets en s'élevant sur le flanc de la montagne, et la vue s'étend à mesure que l'on s'élève. — Cassel est la cité flamande dans tout son éclat, tour, son charme, dans toute sa propreté en un mot: les rues sont larges, garnies de maisons à un étage; deux portes pittoresques rappellent la féodalité et les luttes de Philippe de Valois avec les Flamands. Sur la grande place, auprès de l'auberge renommée du Sauvage, l'ancienne maison de ville, aujourd'hui prétoire du juge de paix, dépôt d'archives. C'est un édifice de la Renaissance, percé au rez-de-chaussée de longues baies en ogives et au premier étage de croisées plus petites. Au-dessus de la porte, on m'a fait remarquer une sorte de tribune armoriée et de petit balcon d'où les arrêts se lisaient au peuple. Plus loin l'hôtel de la Noble Cour, siège de la cour féodale de Cassel, du magistrat de la châtellenie et des États de la Flandre maritime. Ces vestiges de l'occupation et de l'architecture espagnoles, ces demeures à pignons historiés, percées de larges fenêtres aux balcons saillants, ont beaucoup de caractère. Combien nous les préférons à nos plaies maisons modernes! — Partout, du reste, nous l'avouons sans hésiter, nous regrettons le vieux temps!

Lorsque les diligences, les malles-poste sillonnaient jadis la grande roule de Paris, Lille et Dunkerque, Cassel était un relais important. D'habitude, les voyageurs montaient à pied la longue côte de Cassel, chacun d'eux se hâtant de devancer les lourds véhicules afin de savourer à loisir la célèbre cuisine du Sauvage et du Lion blanc. Cet heureux temps n'est plus ! Les chaises de poste des riches Anglais n'ébranlent plus le pavé des rues paisibles de Cassel. Plus de postillons, plus de diligences !— «Il arrivait alors souvent, nous racontait un vieux Cassellois. que les familles se rendant sur le continent, en Italie ou en Suisse, s'arrêtaient un mois dans notre ville, séduites par la beauté du paysage et l'hospitalité des habitants. Plusieurs familles se sont même établies à Cassel. Les bourgeois de Dunkerque y viennent en partie le dimanche, et quelques-uns d'entre eux par trop allâmes de verdure, d'ombre et de pittoresque, y louent pendant la saison d'été de jolis cottages clair-semés sur la côte.— Toutefois, Cassel ne fait point de grands frais pour attirer les étrangers ; ses 4,300 habitants lui suffisent, et cependant rien ne lui eût été plus facile que d'utiliser les sources d'eau ferrugineuse qui coulent au pied de la montagne dans la charmante vallée d'Oxelaerc.

Au temps de l'occupation romaine (quel point n'ont-ils pas occupé ces hardis conquérants !) Cassel, Castrum. Caslellum, était une place formidable : les constructions qui subsistent encore en sont le témoignage. De plus, le château fort était le point central où venaient se rejoindre plusieurs voies stratégiques très-importantes. Lorsqu'on est arrivé sur la terrasse de l'ancien château, l'oeil découvre, au milieu de la plaine immense, couverte d'habitations, sillonnée de chemins et d'allées, coupée de bouquets de verdure et de prairies, comme le serait un immense jardin anglais, quatre longues avenues droites qui se perdent à l'horizon ; or, ces interminables avenues, dont Cassel est le point central, ne sont autres que des voies romaines, roules ci-devenant impériales et royales, aboutissant à Saint-Omer, à Dunkerque, les autres se dirigeant vers Lille et vers la Belgique. — De cet observatoire, César pouvait contempler à loisir les côtes d'Angleterre. Ce fut non loin d'Ostende que M. de Sauley, envoyé il y a quelques années par l'empereur Napoléon III, découvrit des vestiges d'arbres el de troncs coupés appartenant à une ancienne forêt: c'est sur ce point, parait-il, que fut construite la flotte destinée à envahir la Grande-Bretagne.

Le Casselois, en qualité d'habitant de la montagne, est attaché à son sol, à sa ville, à ses habitudes, à son logis. Il est simple, bon, de moeurs douces. On lui reproche d'avoir un peu de sauvagerie dans le caractère et d'être très casanier. —J'ai rencontré, à Cassel, un citoyen tellement fier de sa cité qu'il a consacré sa vie à rechercher, à collectionner tout ce qui s'y rapporte. — Quel meilleur emploi de son temps pour un bourgeois oisif et sédentaire?

Les femmes sont patriotes, lettrées, jolies, gaies et vertueuses. — N'avions-nous point raison de dire que Cassel était une oasis, un coin de paradis?—Il est vrai que depuis que nous sommes l'hôte des Casselois, nous entendons, à chaque heure de la journée, faire un tel éloge de ce pays, que nous avons fini par être un peu convaincu de la chose. Mon Dieu ! n'est-il pas pardonnable et naturel d'aimer et de vanter, par-dessus tout, le pays natal! Fût-il laid, pelé, aride, plat et malsain, l'endroit où nous sommes né, où nous avons grandi, où nous avons aimé, aura, sans cesse, à nos yeux, un charme, un attrait à nul autre comparable.

Je me souviens d'avoir rencontré au fond de la Sologne, dans le village le plus triste, le plus pauvre, le plus deshérité, un homme fort intelligent ayant longtemps voyagé, qui préférait sincèrement sa plaine grise à tous les paysages de la terre. — Nous qui avons eu le bonheur de naître dans un pays, à nos yeux naturellement le plus beau du monde et possédant du reste ses lettres de beauté, la Limagne, nous avons conservé pour notre endroit, pour nos montagnes, une tendresse telle que nous comprenons aisément l'enthousiasme et la passion des autres pour leur lieu d'origine.

11 y a en France peu de campagnes aussi bien cultivées que les Flandres et en particulier que celles de l'arrondissement d'Hazebrouck. Les pâturages, sans être très-épais, y sont fort nombreux et la plupart entourés d'arbres. Le sol convient merveilleusement aux ormes, qui atteignent ici de grandes hauteurs ; ces avenues larges au milieu des prés forment un singulier effet ; on s'attend toujours à apercevoir un château, un parc : c'est simplement à une haie qu'aboutissent ces rangées d'arbres séculaires, ou aux bâtiments d'une ferme cachée dans la verdure. On rencontre peu de châteaux et de grandes habitations dans les environs de Cassel, et dans cette partie des Flandres. La propriété cependant n'y est point divisée d'une façon exagérée ; mais, usage assez bizarre, et que nous nous permettrons de blâmer, les propriétaires fonciers résident le plus souvent dans les villes. Le paysan flamand a de tous temps cultivé la terre avec un zèle particulier et une rare intelligence. Il est né agriculteur, et, grâce à Dieu, les usines et les fabriques sont encore inconnues dans ces parages.— Le Flamand est lent, peu communicatif. Il apporte dans sa démarche, dans ses habitudes, dans son langage, cette lourdeur proverbiale inhérente au pays du Nord. — Mais en vérité, cette lenteur, ce calme, celte sérénité sont loin de déplaire, surtout, lorsqu'on est las de la pétulance des populations méridionales.

Ces joyeux habitants du Midi, disait je ne me souviens quel auteur, avec leur physionomie pétillante d'intelligence, leur voix vibrante, leurs gestes multipliés, amples, leur langage imagé, sont toujours affaires sans qu'on sache pourquoi. La pétulance est, ici, chose rare.

Le patois flamand, ou mieux la langue flamande, est la langue usuelle dans tout le pays des Flandres françaises, c'est-à-dire dans les arrondissements d'Hazebrouck et de Dunkerque. Les études latines et grecques se faisaient jadis en flamand; c'est au séminaire de Poperinghe, ville belge voisine, que les jeunes Casselois allaient, au commencement du siècle, terminer leur éducation. Il est interdit aux notaires d'écrire leurs actes en flamand, mais un grand nombre de paysans ignorant absolument la langue française, les officiers minsitériels sont souvent fort embarrassés pour se faire comprendre de leurs clients. A Ypres, ville importante de Belgique à deux heures de Cassel. les avocats plaident en flamand, et les ordonnances etavis sont tous imprimes dans celte langue.

Dans noire Flandre française, les curés se contentent de prêcher en flamand dans les villes et dans les villages. Combien de temps le vieux langage sera-t-il en honneur? Nous l'ignorons, mais une observation faite par un vieux fermier des environs de Cassel nous a frappé.

« Le respect s'en va, disait-il, à mesure que les enfants apprennent le français à l'école ; lorsqu'ils rentrent à la maison, ils semblent mépriser le père et la mère qui ne parlent pas le même langage qu'eux.

« L'orgueil, le mépris des anciens s'en mêle: plus tard, nos gars ne pensent plus qu'à quitter le village. Voyez-vous, tout cela n'est pas bon, certainement ! Que le magister enseigne à lire, à écrire, à compter: pour nous c'est assez, mais pas davantage ! » — Le. vieux Flamand parlait d'or. N'est-il pas plus sage, plus honnête, plus humain de laisser l'homme des champs à ses travaux, sans lui donner de la science, cette plante à la fois si vénéneuse et si salutaire, plus que la dose indispensable à ses besoins, à son bonheur ? — N'est-ce pas au respect qu'elles ont conservé pour leur langue et leurs traditions que nos provinces de Bretagne et de Flandre doivent d'être demeurées plus probes, plus religieuses et plus saines. Les journaux qui enseignent la République radicale et la Libre Pensée ne sont pas encore, Dieu merci! traduits en flamand et en breton. Voilà pourquoi !es convoitises ardentes, la haine de l'autorité quelle qu'elle soit, peut-être les passions radicales en un mol, ne sont point encore déchaînées sur ce pays fortuné.





"Lettres flamandes : Cassel, Bergues, Saint-Winoc, Dunkerque, Ypres, Oxelaere" d'Henry d'Ideville (1830-1887) , Éditeur : impr. de A. Pougin (Paris), 1876, 27 pages

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire