Follow by Email

jeudi 23 avril 2015

Défense Mobile à Dunkerque : l'Escopette

Le contre-torpilleur Escopette portait le symbole de coque : E (1900) ; ES (1909). Il porte le nom d'un fusil en forme d'arquebuse utilisé par la cavalerie française de Charles VIII à Louis XIII.  

Mis en Chantier à l'arsenal de Rochefort en janvier 1900, il est lancé en décembre de la même année et subit ses essais à Rochefort en 1902 et 1903, année où il est définitivement armé. L'année 1903 le voit passer de Rochefort à Brest et du 02 au 11 juillet 1903, il escorte le Président de la République en visite officielle en Angleterre . Son équipage comporte 4 officiers et 40, puis 60 à 65 hommes.
De juillet à septembre 1903, il fait partie de l'Escadre du Nord  puis jusqu'en mai 1907, il est affecté à la Défense Mobile de Brest puis 1ère Flottille des Torpilleurs de l'Océan.
En juin 1907 : il est à Dunkerque Dunkerque  puis de juillet 1907 à novembre 1912 , il est Divisionnaire de la 2e Flottille des Torpilleurs de la Manche à Dunkerque.

En juillet 1909 : L'Escopette est choisie pour convoyer l'aviateur Blériot en Angleterre lors de sa 1ère traversée de la Manche en avion et le suit durant tout le vol.

En 1911, il aborde le Torpilleur 257 qui ne coule pas mais dont les avaries sont telles qu'on doit le condamner.


En  1913 et 1914, il fait partie de la 2e Escadre Légère puis Divisionnaire à la 2e Escadrille de Sous-Marins à Calais lors des opérations franco-anglaises de surveillance en Manche puis de 1915 à 1918 : Basé à Cherbourg et Dunkerque.

Le 16 novembre 1915 : Une torpille éclate accidentellement dans un tube et démoli tout l'arrière (Remorqué à Dunkerque)  et le 16 octobre 1916, il subit un bordage sérieux avec l'Arraisonneur Baleine dans la Passe de Cherbourg.

Rayé  en 1921, sa coque est vendue à Cherbourg l'année suivante.

 En 1906,  le mécanicien principal de 2e classe Ch. Bertrand. servait à son bord. Celui avait publié une étude sir le graissage des machines et déposé cette année un brevet pour  un « godet et régulateur de distribution d'huile pour graissage des machines, système breveté S.G.D.G.»  L'installation de ces dispositifs permit de réduire significativement la consommation d'huile... d'olive du bâtiment. En janvier 1904, à 120 tr/mn, ce dernier consommait 10,9 kg d'huile d'olive par tonne de charbon brulée, alors que son allocation réglementaire n'était que de 10,2 kg ; en février 1906, après modification des graisseurs selon ses préconisations, cette consommation fut ramenée, à 220 tr/mn, à 4,9 kg par tonne de charbon brulée, et ce uniquement en recourant aux « moyens du bord. » . Ces inventions équipèrent ultérieurement les contre-torpilleurs Trombe, Tourbillon et 130.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire