Follow by Email

lundi 23 mars 2015

saint-Bertin, petits rappels historiques... pour ceux qui auraient raté les cours de cathéchisme d'avant Vatican II



Saint Bertin naquit au début du VIIe siècle, aux environs de Coutances, en Normandie. Sa famille, noble et riche, le destinait à occuper un rang distingué dans le monde; mais Dieu jugea à propos de l'appeler à Son service. 
 
Enfant sage et pieux, il résolu très vite d'entrer en religion pour suivre les traces de son parent, saint Omer, il se retira, vers l'an 620, en compagnie de Mommolin et d'Ebertramne, aussi originaires des environs de la ville de Coutances, au monastère de Luxeuil, Il y fut reçu par saint Eustaise. Fervent religieux, il devait vite faire l'admiration de ses pairs unissant contemplation et études, il fit de rapides progrès dans la connaissance de l'Ecriture sainte et de la discipline ecclésiastique et devint en peu de temps un modèle de vertu. Après 20 ans dans cette abbaye, il eut à savoir que son parent Omer était appelé à occuper le siège épiscopal de Thérouanne. Bertin, Mommolin et Ebertramne se rendirent dans ce pays, prêchant avec succès dans différentes parties de la Gaule, qu'ils traversèrent. Saint Omer eut la joie de voir bientôt la face de son diocèse entièrement changée par leur zèle missionnaire. 
 
Saint Omer avait déjà bâti sur une colline un oratoire, qu'il destinait à être son tombeau. Aujourd'hui s'y trouve le village de Saint-Momelin. Il y plaça les trois missionnaires, qui s'y construisirent un petit édifice connu sous le nom de Vieux Monastère, et y vécurent sous la Règle de Saint-Colomban, l'évangélisateur irlandais. Mommolin, le plus âgé, dut accepter la charge d'abbé. La renommée des moines suscita tant de vocations qu'il fallut songer à créer un autre établissement. Parmi les nouveaux convertis, se trouvait le seigneur Adrowald, qui avait donné à Omer une de ses terres, appelée Sithiü, éloignée d'une lieue environ du Vieux Monastère, dans le but d'y construire un hôpital . Omer estima qu'un monastère dirigé par de tels hommes serait plus utile. Il n'eut pas de peine à faire partager son opinion à Adrowald. En conséquence, il le détermina à faire aux Saints la concession du terrain, consistant en une colline et un vaste marais, au milieu duquel apparaissait l'île de Sithiu. Mais déjà à cette époque, Ebertramne avait été placé par saint Mommolin à la tête de l'abbaye de Saint-Quentin; en sorte que celui-ci et son compagnon durent seuls s'occuper de la construction du nouveau monastère. Ils ne voulaient rien décider sans la volonté de Dieu, clairement manifestée; c'est pourquoi, ne sachant où fixer l'emplacernent, ils se mirent dans une barque, et la laissèrent errer sans rames, au gré des flots. Remontant le cours de la rivière, comme si elle eût été poussée par une main vigoureuse, la nacelle parcourut la vaste étendue d'eau et s'arrêta en un certain endroit : les deux Saints y descendirent en chantant ce verset du Psaume : "Voici pour toujours le lieu de mon repos; j'y habiterai, parce que c'est le lieu de mon choix". L'île de Sithiu allait les accueillir. 
 
Il semble que Mommolin fut appelé, sur ces entrefaites, à occuper le siège de Tournai-Noyon, en sorte que Bertin resta seul chargé de poursuivre l'entreprise. En peu de temps, le monastère fut construit, avec son église dédiée à saint Pierre. 150, et même 200 moines, y vinrent aussitôt prendre place. Bertin, devenu abbé, établit parmi eux une parfaite discipline. Le saint exerçait sur son troupeau une vigilance assidue; mais il avait soin de toujours donner l'exemple, "de peur", dit son historien citant saint Paul, "qu'après avoir prêché aux autres, il ne fût lui-même réprouvé". On observait dans toute sa rigueur la Règle de Saint-Colomban. La nourriture consistait en un peu de pain et quelques herbes ou racines; on ne buvait que de l'eau. Comme à Luxeuil, les moines formaient différents choeurs, qui se relevaient continuellement pour chanter les louanges du Seigneur. La prière ne discontinuait pas, même pendant le travail s'ajoutant au silence, à l'esprit d'ascèse, de chasteté, d'obéissance. D'autre part, on s'adonnait aux travaux les plus pénibles. L'oeil s'étonne encore aujourd'hui à considérer ce qu'il a fallu de patience et d'efforts à ces pieux solitaires, pour transformer un vaste marais en une plaine fertile. On estime que la plaine a été exhaussée de plus de 17 pieds dans toute son étendue. Rapidement, quelques nobles de la contrée offrirent de nouvelles terres. Le fonds marécageux sur lequel le nouveau monastère était bâti ne permettant d'y aborder qu'en nacelle, hormis d'un seul côté, il n'était pas possible d'y établir un cimetière. Saint Omer accorda à Bertin, pour cet usage, l'église qu'il avait dédiée à la sainte Vierge sur la colline voisine. L'acte, signé par saint Omer, déjà aveugle, est du 6 mai 662, sixième année de Clotaire III. On y lit qu'Omer, par la grâce du Christ évêque de Thérouanne, a construit, en commun avec les moines, et en l'honneur de sainte Marie, Mère de Notre-Seigneur Jésus-Christ, une basilique dans laquelle son corps doit être enseveli après sa mort, parmi ceux des moines qui viendront de tous côtés à Sithiu pour y servir Dieu sous l'habit religieux. Il ajoute qu'il met cette basilique sous le patronage de l'abbé Bertin, ainsi que le monastère de Sithiu lui-même, sous toute liberté et immunité du pouvoir épiscopal, selon qu'il est d'usage d'en accorder le privilège aux monastères anciens ou nouveaux; en sorte que jamais à l'avenir aucun pontife ni clerc ne puisse revendiquer ni transporter à Thérouanne rien de ce que les moines de ladite basilique, vivant régulièrement sous la liberté évangélique, auront pu recevoir soit d'un roi, soit d'un particulier, en champs, esclaves, or, argent, livres sacrés, ou toute autre espèce d'objets servant au culte divin ou à leurs besoins propres, tout ce qui peut être offert à l'autel, en quelque temps qu'ils l'aient reçu; qu'on ne pourra prendre aucun repas sur leurs terres, à moins d'y avoir été invité par l'abbé, afin qu'ils vivent à jamais sans inquiétude et sans trouble sous la sainte règle, et puissent mieux prier Dieu pour le bien de l'Eglise, pour la santé du roi et la stabilité du royaume, etc. 
 
Saint Mommolin signa cet acte en qualité d'évêque de Tournai-Noyon, et parmi plusieurs autres prélats et personnages recommandables. En suite de cette concession, quelques moines s'établirent autour de cette église, et y formèrent une communauté, qui fut convertie en Chanoines réguliers, en 820. Vers 648, la ville de Saint-Omer s'étant bâtie autour de la colline et ayant obtenu l'honneur d'un siège épiscopal, cette même église devint cathédrale. La même année, sixième de Clotaire III, saint Bertin échangea, avec son ami Mommolin, une propriété nommée Vausune, dans le Cotentin, contre quatre villas que celui-ci tenait déjà par échange de saint Ebertramne, abbé de Saint-Quentin. Le roi Clotaire et la reine Bathilde signèrent ce traité. 
 
Quand le saint évêque de Thérouanne mourut, saint Bertin s'empressa de remplir son voeu, en inhumant ses restes sacrés devant l'autel dédié à la bienheureuse Vierge Marie. Dieu récompensa les vertus de l'abbé de Sithiu par le don des miracles. Son historien cite avec complaisance le trait suivant : Un riche comte, nommé Walbert, dont il était le confesseur, avait coutume devenir avec son épouse Régentrude, voir le saint abbé pour écouter ses leçons, et recevoir sa bénédiction après la Communion. Un jour qu'il avait manqué à ce devoir, on vint prévenir Bertin que son ami Walbert était retourné chez lui, sans lui rendre sa visite accoutumée."Je le sais", répondit le Saint "et Walbert, avant d'arriver chez lui, aura lieu de se repentir d'avoir négligé la bénédiction d'un vieillard". En effet, peu après, un messager vint annoncer que le comte avait fait une chute de cheval et était sur le point d'expirer. Il demandait pardon de sa faute, en acceptait la punition, se recommandait aux prières de son père spirituel, et le suppliait surtout de bénir quelque breuvage qu'il pût boire avant de mourir. Bertin commanda aussitôt à un jeune moine d'aller chercher du vin dans un vase qu'il lui désigna et comme le religieux affirmait que depuis un mois il n'était pas entré dans ce vase une seule goutte de vin, l'abbé lui enjoignit de nouveau d'obéir: ce que celui-ci ayant fait, il le trouva rempli d'un vin délicieux. Bertin en bénit une coupe qui fut portée en diligence à Walbert. Au récit du miracle qui venait de s'opérer, le mourant but avec confiance le breuvage bénit, et recouvra aussitôt la santé. Plein de reconnaissance envers Dieu, il donna à l'abbé de Sithiu de nombreux domaines; et, peu après, renonçant au siècle, par le conseil du bienheureux, il alla prendre l'habit monastique à Luxeuil.
Son fils, nommé Bertin entra fort jeune à Sithiu, et y vécut très-saintement. On conservait ses reliques dans l'église de Saint-Omer. Beaucoup d'autres seigneurs, nouvellement convertis, vinrent aussi embrasser la Règle sous la direction de Bertin, qui voyait chaque jour le nombre de ses moines augmenter. En 675, le bienheureux signa, en compagnie de saint Mommolin et de plusieurs autres évêques, le testament de saint Amand, évêque de Maastricht, en faveur de l'abbaye d'Elnon. En 682, Thierry III, roi de Bourgogne et de Neustrie, accorda à bERTIN l'exemption pour tout ce qu'il possédait sur le territoire d'Attigny. En 684, un seigneur, nommé Analfride, donna à Bertin le monastère d'Honnecourt qu'il avait fondé dans sa propriété sur l'Escaut, près de Cambrai, et dont sa fille Auriane était abbesse. Il en réservait seulement l'usufruit pendant sa vie et celle de sa fille. Après la mort de cette dernière, l'établissement passa aux mains de Bertin, qui en fit un monastère d'hommes. 
 
Un autre seigneur, nommé Hérémar, avait donné à saint Bertin sa terre de Wormholt. En 695, le Saint y fit construire un monastère et y envoya quelques-uns de ses religeux, sous la direction de saint Winnoc, son disciple. C'était un jeune religieux qu'il évait élevé dès l'enfance, et qui avait dignement profité de ses leçons. Il jeta dès le début un grand éclat sur sa nouvelle fondation. L'église fut dédiée à saint Martin, et elle deviendra plus tard l'église paroissiale de Saint-Martin-de-l'île. Suivant Jean d'Ypres, Bertin fit construire entre Wormholt et Sithiu un hôpital pour les pauvres, avec un chemin qui reliait les deux monastères. Le même auteur ajoute qu'entre les deux portes de Sithiu on avait établi une communauté de femmes appelées converses, qui, sans faire de profession régulière, portaient un habit religieux, servaient les pauvres à l'hôpital, réparaient les linges et les ornements d'église, et étaient chargées de recevoir les mères, les soeurs et les autres parents des moines, à qui l'entrée du monastère était interdite. 
 
Saint-Bertin avait une dévotion particulière à la sainte Vierge, à qui son couvent était consacré. Un auteur n'hésite point à dire que c'est à cette première impulsion que le monastère dut d'avoir toujours conservé une si grande dévotion à Marie, et d'avoir donné tant de Saints au Ciel. C'est ainsi que Dieu semblait combler son serviteur de faveurs spirituelles et temporelles. Les ravages du temps, les incursions des barbares, en 847 et 868, et surtout les incendies, en 884, 1000, 1031 et 1152, en détruisant les monuments de l'abbaye de Saint-Bertin, nous ont privés de détails sur la longue administration de saint Bertin. Nous savons seulement que Dieu bénit en tout ses travaux, et qu'il fut l'instrument de beaucoup de prodiges, que son humilité ne parvenait pas toujours à cacher. Mais le plus grand de ses miracles, ce fut ce zèle infatigable au service de Dieu, et cette vigilance incessante sur les âmes qui lui étaient confiées. Il avait fondé et consolidé un monastère qui ne le cédait en rien aux plus florissants de cette époque; pendant 57 ans, il l'avait administré avec sagesse, soutenu par ses exemples, embaumé par ses vertus; la discipline la plus sévère y régnait; il crut que l'heure de la retraite était venue pour lui car il avait atteint près de 100 ans. Il songea alors à se démettre de sa charge. Son grand âge en était le prétexte : au fond, le saint vieillard désirait consacrer ses derniers jours à se préparer à l'éternité. Il choisit pour son successeur le pieux moine Rigobert, et rentra dans la vie commune. Dès ce moment, il ne s'appliqua plus qu'à la contemplation des choses divines. Il avait élevé, du vivant de saint Omer, un petit oratoire en l'honneur de la sainte Vierge, près du cimetière de ses moines, et l'avait fait bénir par le pontife : c'était là qu'il venait habituellement se renfermer, passant les nuits en oraison, macérant son corps par les jeûnes et les veilles, avec toute la ferveur d'un jeune soldat du Christ. Il ordonna à Rigobert de construire, dans l'église du monastère, une chapelle à saint Martin, pour lequel il avait toujours eu une grande dévotion. Cette chapelle a été conservée avec soin pendant toute la durée de l'abbaye de Saint-Bertin Malgré son âge et ses vertus, le bienheureux n'était point encore à l'abri du tentateur. L'histoire raconte qu'une jeune libertine, inspirée par le démon, vint un jour, sous prétexte de parler des intérêts du couvent, mais dans l'intention secrète de lui tendre des pièges. Saint Martin apparut alors au vieillard pour le prévenir de cette ruse perfide. Et lui, plein d'une sainte indignation, s'arma du signe de la Croix et chassa cette misérable. Mais, pour éviter le retour d'un semblable péril, il interdit l'entrée du monastère aux femmes, sous peine d'excommunication. A la fin du XIIIe siècle, cette loi était encore sévèrement maintenue. Rigobert n'exerça sa charge que peu d'années. A l'imitation de son bienheureux maître, il rentra dans la vie privée et se consacra exclusivement aux oeuvres de la piété. Bertin nomma à sa place Erlefride, qui avait été élevé à Sithiu dès le bas-âge, et qui soutint dignement l'oeuvre de ses prédécesseurs. Notre Saint, plein de vertus, attendait avec calme sa récompense. Quand il sentit son heure approcher, il assembla ses religieux, et leur recommanda de ne point quitter le lieu où il les avait établis, mais d'y persévérer dans le service de Dieu et la pratique des bonnes oeuvres. Puis il s'endormit paisiblement dans le Seigneur, le 5 des ides de septembre (9 septembre) 709. Il avait passé 59 ans à Sithiu. Il fut enseveli avec de grands honneurs par l'abbé Erlefride, dans la chapelle de Saint-Martin, qu'il avait fait reconstruire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire