Follow by Email

jeudi 5 février 2015

à propos de Saint Léonard

saint Léonard, fêté le 6 novembre

Saint Léonard était un seigneur français qui jouissait d’une grande réputation à la cour de Clovis. Dieu se servit de saint Remi pour le convertir à la foi, et il est probable que c’est après la journée de Tolbiac. A peine eut-il reconnu les obligations que le christianisme imposent à ceux qui le professent, et les récompenses promises aux fidèles disciples de Jésus-Christ, qu’il résolut de renoncer au monde et de quitter la cour, pour profiter des leçons et des exemples de celui auquel il était redevable du plus précieux des dons. Fidèle imitateur de son maître il retraça bientôt toutes ses vertus, surtout le désintéressement, le zèle et la charité. Il prêcha la foi pendant quelques temps ; mais, craignant d’être appelé à la cour, et d’ailleurs brûlant du désir de se consacrer entièrement à Dieu dans la solitude, il se retira d’abord au monastère de Micy, près d’Orléans. Il passa ensuite dans le Berry, où il convertit plusieurs idolâtres, et se fixa près de Limoges, dans un lieu appelé Noblac. Il vécut pendant un certain temps ignoré des hommes, et Dieu seul était témoin de l’austérité de sa pénitence ; mais son zèle l’ayant porté à instruire les peuples du voisinage, plusieurs de ses auditeurs, touchés par ses discours, allèrent le trouve dans son désert et l’obligèrent ainsi à fonder un monastère qui porta depuis son nom. Le roi, pénétré de vénération pour notre saint, dont les miracles étaient célèbres, lui fit don d’une partie considérable de la forêt où il vivait avec ses disciples. Enfin ayant comblé la mesure de ses bonnes œuvres, Léonard alla en recevoir la récompense dans le ciel par un mort précieuse, arrivée l’an 559.

PRATIQUE. AIMEZ LA SOLITUDE ET LA RETRAITE.

In « Vies des saints pour tous les jours de l’année », 9e édition, Alfred Mame et fils éditeurs, Tours, 1881, 381 pages, p.320

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire