Follow by Email

jeudi 8 août 2013

sous les voûtes du Palais Rihour

 En 1450, Philippe le Bon engage des négociations l'échevinage lillois pour obtenir des subventions pour la construction d'un nouveau palais. Il ontient 6 000 livres sur quatre ans. En 1453, le terrain de l'ancienne manse de Rihout, un îlot marécageux enserré dans des méandres de la Deûle, est acheté. Les travaux de construction suivant les plans l'architecte Evrard de Mazières ne s'achèvent que vingt ans plus tard sous Charles le Téméraire.

Le palais comprenait quatre ailes de proportions différentes formant un quadrilatère, encadrant une cour d'honneur mais la nature marécageuse du terrain occasionna rapidement des dommages au bâtiment, et la piètre qualité de la pierre de Lezennes abima vite le batiment édifié contre la volonté du duc Philippe le Bon, essentiellement en brique. L'empereur Charles Quint y a séjourné. Le palais Rihour fut racheté 90 000 florins par la ville au roi d'Espagne en 1664 pour servir de « maison de ville ».


 la salle de gardes, siège de l'Office de Tourisme de Lille


  
Son histoire est mouvementée. En 1700, l'aile nord est endommagée par un incendie à la suite d'un bal nocturne et reconstruite dans le style de l'époque. En 1756, c'est l'aile ouest qui est ravagée par un incendie. Elle sera restaurée dans le style Louis XIV. Un nouvel incendie endommage un peu plus tard la partie sud-est qui fut laissée en l'état, et le palais fut finalement détruit en 1846 pour être intégralement reconstruit dans un style néo-renaissance par Charles Benvignat.

La chapelle du XVe siècle, établie sur des fondations antérieures à la construction du palais, est conservée à l'arrière du bâtiment et l'escalier d'honneur de la cour centrale déplacé pierre par pierre devant celle-ci, pivotant de 90° par rapport à son orientation primitive.

Le batiment est classé monument historique en 1875.

Un nouvel incendie eut lieu le 23 avril 1916, et une grande partie des archives de la ville disparut à cette occasion. Le Palais Rihour fut alors rasé, à l'exception de la chapelle et de l'escalier du XVe siècle, préservés et de quelques arcades de brique du bâtiment XIXe siècle.

 La Salle du conclave était l’ancienne chapelle du palais et a servi de salle de réunion au Magistrat à partir de 1684. Voûtée sur croisées d’ogives, elle comprend une nef unique et accueille aujourd’hui des expositions temporaires.
















A l'extérieur, en regard de la grand place se dresse le monument aux morts de la ville construit en 1929, par Edgar Boutry et Jacques Alleman en souvenir des destructions et souffrances subies par Lille durant la Première Guerre mondiale alors que sous la place se trouvent encore des caves voûtées du palais...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire