Follow by Email

vendredi 4 juillet 2014

témoins de vies passées à Hazebrouck

Les cimetières anciens, à l'instar de celui d'Hazebrouck, réunissent de nombreuses sépultures dont les formes et les matériaux sont plus variés que les tombes modernes, quasiment toutes standardisées. Il faut cependant ajouter que les formes, la statuaire, les épitaphes plus complètes sont autant de langages que nous sommes souvent bien en peine d'interpréter... Formes variées, formes oubliées (comme les autels romains à acrotères), ils sont aussi le reflet d'une société qui accorde grande importance à l'après-vie... au point d'être de véritables oeuvres d'art qui ne seraient pas de mauvais aloi dans un musée. 

Une idée comme une autre, alors que tant de tombes anciennes tombent en déshérence : pourquoi ne pas créer un musée d'art funéraire pour mieux comprendre les motivations et les aspirations et attentes de nos prédécesseurs, surtout lorsque l'on s'aperçoit que le XIXe et le début du XX siècles marchent lentement vers la standardisation...
























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire